top of page
  • Fabienne Zufferey-Corbaz

Je suis l'hiver du Québec


Le soleil a pris du recul, la nature s'est préparée.

Ainsi, j’abaisse les températures pendant que vous élevez celles de vos chaumières.

J'ai fait tomber les feuilles, j'ai mis les arbres à nu, c’est ainsi qu’ils se reposent le mieux.

J’envoie la brume, l’humidité, la pluie fraîche, mais je réveille en vous le goût des habits douillets.

Je suis maintenant installé au cœur de ce pays que j’aime, puisque j’y séjourne la moitié de l’année.

Nous faisons corps vous et moi. Je glace, je fige, je protège aussi.

Je pose délicatement mon épais manteau blanc sur tout ce qui saurait me recevoir.

J’amuse les petits enfants, les grands enfants et même les vieux enfants qui eux…, regardent tomber mes flocons de leur fenêtre bien close.

Bien souvent, ma présence est encore plus froide, glaciale, tempétueuse !

J’encombre les routes, je les fissure, je les creuse. Je verrouille les portes, je m’agrippe… je deviens dangereux pour qui n’est pas apte à m’affronter.

Je retiens la lumière, mais je vous offre l’envie de vous calfeutrer chez vous.

C’est en me traversant, en me parcourant que vous jouirez de la chaleur de vos poêles, de la saveur de vos plats mijotés.

Je vous invite à me rencontrer, à me connaître mieux, à m’apprécier.

C’est par moi que vous vous fortifiez. Vos corps luttent et m’apprivoisent.

Reconnaissez-vous en moi, l’enseignant du courage et de l’adaptation ? Je vous invite à cultiver votre joie face à la morosité que vous m’attribuez.

Je suis froideur, vous êtes chaleur.

Je vous envoie le froid pour que vous saisissiez encore mieux votre chaleur, celle de votre âme.

Après de longs mois… lorsque nous aurons ensemble usé nos couvertures, la mienne de neige et de glace, la vôtre de laine et de plumes, je vous promets de me retirer…lentement…très loin.

Grâce à moi, vous saurez vous jeter avec effervescence dans la lumière du printemps, dans la fébrilité de l’été.

Vous aurez gagné votre joie !

Je serai fier de vous !

Bon hiver à tous, enveloppez-vous de douceur et venez me rendre visite. Je vous attends là, au coin de la rue…

Comments


bottom of page