top of page
  • Fabienne Zufferey-Corbaz

Autrement

Pour écouter ce texte, cliquez ici.


Le 6 janvier, c’est la journée des Rois.

J’ai eu la chance de naître le jour de l’Épiphanie, comme un clin d’œil du destin.


Cette année, j’ai d’abord aperçu une lueur du ciel qui attendait son soleil.

Il a frôlé le sommet des montagnes en promettant sa douce descente sur les terres endormies. Je l’ai observé accomplir son œuvre. Au passage, un rayon s’attardait sur le vitrage d’une fenêtre qui explosait de brillance. Il avait simplement saisi l’opportunité d’une rencontre éblouissante.

Je me suis souvenue que la transparence du cœur attirait, elle aussi, la Lumière.

En un temps donné, la nature entièrement réchauffée avait reçu son plein potentiel.

En elle-même, elle contenait une totale réalisation, parmi laquelle notre danse pouvait s’y inscrire.


Cette journée-là, je me suis engagée en elle dans son seul décor.

Comblée de sa vivance, tout m’était proche ; l’amour, l’amitié, la joie, l’envie.

Aucun être physique ne m’accompagnait et tout était présent.


Pour la première fois de ma vie, la galette des Rois n’allait pas être de la fête.

Il n’y avait que les Rois que je percevais dans une multitude de détails.


J’ai aimé ce sentiment de complétude qui m’a rappelé cette citation:

« Parfois, on se trompe dans l’analyse d’un évènement, parce qu’on reste figé dans le seul point de vue qui nous semble évident. » Bernard Werber

Les amis, la famille, la convivialité, la table bien mise, le rire qui souligne l’évènement, tout ceci est très bien! Tout ceci n’était pas là, c’était très bien!


« Autrement » s’est présenté.

Je l’ai déjà rencontré plusieurs fois en chemin. Il ne s’est jamais trompé de direction.


« Autrement » s’affranchit des balises et enseigne le non-attachement.

Je l’ai accueilli ce jour-là comme un immense cadeau, un enchantement dépouillé de raisons d’être enchanté.

« Autrement », a l’art de transformer les pertes en gains. Il est un grand alchimiste qui a touché du doigt le carcan des représentations et même des croyances.


D’abord on invite ce grand maître dans les petites choses, on l’apprivoise jusqu’à reconnaître son évidence, jusqu’à ce que les mots « petit » ou « grand » se confondent dans un même Principe.

Dès lors, chaque évènement porte en lui le destin qu’on lui choisit.

Traversé d’un regard neuf, l’évènement s’y ajuste. Son nom sera teinté d’une couleur différente.


Le 8 janvier, deux jours plus tard, j’ai dégusté une galette des Rois. Elle avait le goût du plaisir, la saveur de l’instant. Elle n’en remplaçait aucune, elle est arrivée là, à la bonheur.


L’alchimie, la magie, les pouvoirs font rêver les enfants, et traversent les légendes.

Plus tard on s’aperçoit que ces légendes ne distribuent pas de l’espoir, elles portent en elles de grandes vérités.

Pas besoin de roi, de reine ou de princesse, chaque circonstance devient une possibilité.


Bien à vous!

Comments


bottom of page